Bien acheter sa résidence principale

Bien acheter sa résidence principale

Quoi négocier avec la banque ?

Aujourd’hui, je vais te parler de 2 choses :

Je vais te dire ce que je négocie toujours avec la banque lorsque j’achète une résidence principale.

Ce qui fait de la résidence principale un passif et comment en faire un actif.

Précédemment, je te parlais de ma niche fiscale préférée, la revente de sa résidence principale. Aujourd’hui, je te partage mon point de vue concernant le fait que la résidence principale soit tour à tour considérée comme un investissement donc un actif ou plutôt un passif. Il y a deux écoles et donc débat à ce sujet. Certains puristes diront qu’acheter sa résidence principale ne peut être considéré comme un investissement, en effet et parfois consciemment nous faisons des erreurs qu’un investisseur aguerri ne ferait pas. La principale chose à craindre lorsqu’on achète, n’est pas de se faire arnaquer, mais d’acheter avec le cœur plutôt qu’avec la tête.

Conséquence : avoir un coup de cœur et mettre de l’affect dans un achat. Ne pas négocier le prix de peur de rater la vente. Si cela arrive, vous devenez un excellent candidat pour acheter tout trop cher. Puisqu’on en est à écouter son cœur, absolument tout et n’importe quoi se justifie : une vue exceptionnelle, un aménagement intérieur bien réalisé, être à côté de chez tata Francine, une maison connectée, un poêle avec vue sur la campagne…

Le problème c’est que lorsqu’il s’agit pour beaucoup du projet d’une vie, rien ne va plus, l’émotionnel prend souvent le pas sur la raison.

Rien ne va plus, l’émotionnel prend souvent le pas sur la raison.

Pour faire court, acheter trop cher un bien sous prétexte que c’est chez soi, que l’on a besoin de s’y sentir bien, de sentir une bonne énergie et qu’il faut bien se faire plaisir, ça peut coûter déraisonnablement plus cher, pour le plus grand plaisir du vendeur. C’est parce que la plupart des gens achètent avec le cœur que les investisseurs comme moi-même peuvent créer de la richesse. En effet, il suffit de connaître les points sensibles de la cible d’acheteurs que l’on vise pour les faire craquer. Ainsi on a des acheteurs heureux et des vendeurs content de leur vente ce qui fait le bonheur de tout le monde.

Même l’immobilier à ses techniques marketing.

Pour revenir à l’achat d’un bien, toute cette partie de l’ordre de l’émotionnel est normal et n’a pas à être jugé, il faut juste avoir conscience que l’on risque de ne pas respecter des critères d’un investissement réussi.

Je t’explique après en quoi consiste un investissement réussi. Le bien de vos rêves choisi, quoi négocier avec sa banque ? Si vous devez acheter votre résidence principale, vous vous demandez ce que vous pouvez bien obtenir de votre banque en plus d’un financement et d’un très bon taux ? Négociez le taux même si l’offre qui vous est faite est présentée comme étant figée.

Demandez ce qu’il faudrait faire pour avoir un meilleur taux. La banque applique un barème parfois, il ne faut pas grand-chose pour avoir de meilleures conditions Pensez à négocier l’assurance emprunteur. Je le fais après l’obtention du prêt et le déblocage de celui-ci. En attendant, n’hésitez pas à demander une ristourne. La dernière fois que je l’ai fait, j’ai obtenu un rabais de 40% et cela ne m’a pas empêché de faire une délégation d’assurance ailleurs et d’avoir encore moins cher malgré le rabais.

Bien acheté sa résidence principale

Que faut t-il faire ?

Négociez les frais de dossier, la plupart du temps on vous les présente comme étant fixe et figé, ça ne l’est pas du tout. Demandez à ce que sur votre contrat de prêt vous n’ayez pas de frais de remboursement anticipé. Ces quelques points, même si vous n’obtenez pas gain de cause sur chacun d’eux, permettent déjà de faire quelques économies pour l’achat de votre résidence principale. Pour un investissement, ce n’est plus tout à fait pareil, et pour les investisseurs les plus expérimentés avoir un financement est parfois une victoire en soi, même s’il ne faut pas négliger les points ci-dessus. Cette étape-là réussie à priori, c’est que vous avez trouvé la perle rare. S’il s’agit de votre résidence principale, on se projette souvent dans l’optique d’y passer de très nombreuses années.

Saviez-vous qu’en moyenne les Français changent de logement tous les 8 à 10 ans, c’est selon le type de logements et les périodes.

Si vous projeter dans 1 an semble déjà être de la science-fiction, sachez tout de même que la probabilité que vous vendiez votre perle rare est forte. Si vous n’avez pas anticipé cela, la seule chose qui permettra d’en tirer profit lors de la vente est un marché haussier. Or faire des plans sur la comète n’est pas une manière orthodoxe pour faire du profit, du moins je le déconseille.

Comment savoir si ma résidence principale est un passif ?

Vous allez commencer à le remarquer, j’aime bien étayer mon propos d’anecdotes personnelles.

Bien acheté sa résidence principale

J’ai acheté une

maison !

Le 28 février de cette année 2020, j’ai acheté une petite maison, lorsque vous le faites le notaire vous remet les documents d’origine de propriété. La plupart des gens ne lisent pas ce genre de documents. J’aime bien, c’est comme lire des archives ou regarder de vieilles cartes postales. Bref, je découvre l’historique de la maison qui a plus de 100 ans, plus récemment, je sais que la maison a été détenue 9 ans par mon actuel vendeur qui lui l’a achetée 5 000 € de plus que moi. En d’autres termes, il a fait une moins-value de 5000 €, sans compter les frais de notaire qu’il a déboursé à l’époque pour l’acquisition. J’ai entrepris de nombreux nouveaux travaux. Mais des travaux de modernisation avaient déjà été fait, tel que l’aménagement d’une cuisine tout équipée, une salle d’eau et la rénovation de certains murs et une partie des sols. (volets, chaudière, etc.) Je n’ai pas le détail des dépenses déboursées sur 9 ans, en revanche ce que je sais, c’est que ces travaux

d’amélioration de l’habitat ont été faits en pure perte, puisqu’il n’a pas récupéré cette somme au moment de la vente. C’est très étonnant sur la période, le secteur a connu un boom monumental, il a probablement payé trop cher un coup de cœur qui aura mis des années à se rattraper avec l’inflation immobilière naturelle. (d’où l’intérêt de ne pas acheter trop au-dessus du prix du marché vos mètres carrés, vous le payez longtemps) Pour autant, je ne m’inquiète pas pour ses finances, à l’époque, il a dû faire un crédit sur 20 ans avec un taux d’intérêts proche de 3,5 %. J’espère qu’il a profité de la baisse des taux pour réduire sa mensualité ou sa durée de remboursement, mais en tout cas, il était quasiment à la moitié de son crédit. Je ne vais pas donner de chiffres précis, mais disons qu’il a acheté cette maison aux alentours de 200 000€, c’est donc approximativement 100 000€ de capital qu’il a déjà dû rembourser à sa banque.

Sans compter l’épargne qu’il s’est peut-être constituée, c’est donc une coquette somme pour son nouveau projet.

C’est bien plus que ne peut mettre de côté un locataire, aux revenus lambda, sauf si le propriétaire est papa ou maman 🙂 . Il y a donc 2 manières de voir cette situation : À première vue, ce vendeur a effectivement perdu de l’argent et dépensé plus dans cette maison qu’elle ne lui en a rapporté. Néanmoins, il a amélioré son habitat et donc son confort de vie, quelque part ça n’a pas de prix. En même temps il s’est constitué un patrimoine presque sans effort, en effet s’il avait dû rester locataire il aurait quoi qu’il arrive payé un loyer. Peut-être que de louer cette maison lui aurait coûté moins cher, mais quel aurait été sa capacité d’épargne réelle ? Je m’explique : je vois souvent des personnes faire des comparaisons entre être locataire et propriétaire. Le débat jouant sur le fait qu’en certaines occasions être locataire est plus rentable.

Ce raisonnement fonctionne lorsqu’on a un tempérament « fourmi ». Cependant, pour les « cigales » comme moi, tout euro disponible sur mon compte en banque est rapidement dépensé et pas toujours de façon utile.

Je me repose la question, comment savoir si ma résidence principale est un passif ?

Votre résidence principale est un passif si : elle ne vous génère pas de revenu. Elle vous coûte plus qu’elle ne vous en rapportera jamais. Ceci n’est pas cumulatif, sachez que c’est la réponse dogmatique en économie, qui n’accepte aucune dérogation. Néanmoins, avec plus de nuances, avec mon exemple plus haut vous voyez que tout ceci n’est qu’une question de point de vue. Si comme moi vous êtes d’un tempérament « cigale », même en achetant mal votre résidence principale et que vous y restez quelques années cela devrait aller pour vos finances.

Si vous voulez connaitre plus sur ce sujet le petit manuel: faire construire sa maison vous en dit plus !

1 comment
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

You May Also Like

Faire construire sa maison

Vous aimez les belles devantures, les jolis jardins fleuris et vous avez comme plan de faire bâtir votre cocon. La construction d’une maison, c’est difficile de savoir par où commencer et d’autant plus lorsqu’il s’agit d’un premier achat. Il est alors temps de vous renseigner sur votre projet ! Pour vous aider voici un article sur quelles sont les étapes de construction d’une maison ?
Lire l'article